Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de JEROME Dehaynin

Le blog de JEROME Dehaynin

Réactions et informations sur l'actualité politique de la ville de Wasquehal, du canton, du département et de la région ainsi que de la politique nationale


"Ouvrier ce n'est pas un gros mot!" Pierre Mauroy

Publié par jérôme dehaynin sur 7 Juin 2013, 12:43pm

Catégories : #Wasquehal

Pierre Mauroy, 1er Premier Ministre de Gauche de la 5ème République a quitté la scène politique il y a quelques mois avant de nous quitter cette nuit.

Tout le monde nous parlera de son action au Gouvernement, au sein de notre Parti, pour Lille et la Communauté Urbaine comme pour la Région tout entière. Chacun se souviendra de la descente des Champs-Elysées au côté de François Mitterrand en mai 1981. Tout le monde parlera des presque 110 propositions du Président de la République réalisées par ses 3 Gouvernements d'union de la Gauche: les 39h, la retraite à 60 ans, la 5eme semaine de congés payés, l'abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l'homosexualité, ... resteront les élèments marquants d'un bilan remarquable à bien des points.

Aujourd'hui je voulais parler du militant socialiste infatigable, engagé dans notre parti et dans la défense de nos valeurs et de nos idéaux sans relache.

J'ai souvent été d'accord avec lui. Je l'ai affronté néanmoins à 2 reprises sur une tribune, avec honneur, avec respect, avec le sentiment de fierté que lui, l'ancien Premier Ministre accepte le simple militant que j'étais comme contradicteur comme l'égal de lui même sur la tribune.

La 2ème fois c'était à Tourcoing, en plein débat sur le vote interne sur le TCE. Nous avions été désigné pour défendre lui le oui avec Jean-Luc Deroo, l'excellent maire d'Halluin et moi pour le non. Nous avons déroulé nos introductions et ensuite répondu aux questions des uns et des autres. A un moment, l'énervement face à mes réponses avait quelque peu énervés certains, et c'est Pierre qui était intervenu pour dire qu'il n'était pas d'accord avec moi mais que ce que je disais j'avais le droit de le penser et de le dire. Et à la fin du débat, après les conclusions nous avions pris le temps de discuter un peu ensemble dans un moment de vraie camaraderie.

La 1ère fois fut beaucoup plus tendue. C'était au temps du Congrès et de la motion militante. Nous étions majoritaire dans le Nord même si notre score au niveau national avait été décevant. Pierre était monté à la tribune et nous avait fait un de ses discours, sans note, précis et détaillé, expliquant pourquoi nous ne pouvions pas nous permettre d'être dans notre fédération dans l'opposition à la direction nationale. Et annonçant que, contre Marc Dolez, il présentait au nom de la motion majoritaire nationalement la candidature de Bernard Roman.

J'étais inscrit 2 orateurs après lui. Et je me souviens être monté à la tribune avec le sentiment d'un immense honneur de passer après lui, moi le jeune militant, juste secrétaire de section. J'ai pris la parole au nom de la motion militante et j'ai rappelé les faits historiques, contredisant par la même le discours et l'argumentaire de Pierre, lui rappelant 1979, où la Fédération du Nord est dans la minorité du Parti et la grande victoire de 1981 et lui qui devenait Premier Ministre. Je me souviens du climat delétaire de ce congrès et des sifflets et des huées.

Je me souviens également de Bernard Roman, venant me voir à la fin de ce congrès pour me féliciter de mon intervention et me dire amicalement que si j'avais "politiquement raison", j'avais eu "tort de contredire Pierre Mauroy, parce qu'on ne contredit pas Pierre!"

J'étais prêt à quitter la salle. Et Pierre est venu me saluer, cordialement, gentillement et me féliciter lui aussi de mon intervention. Et pourtant, je n'avais pas été tendre...

Aujourd'hui je me souviens avec émotion de ces 2 moments de tensions et de débats parce que dans le même temps, alors que j'étais candidat aux élections municipales de 2001 et de 2008, Pierre n'a jamais hésité à me soutenir, à être parti prenante de notre comité de soutien et à être à nos côtés. C'était cela aussi Pierre Mauroy, un camarade attentif aux autres camarades...

En janvier dernier, lors des voeux de la section de Wasquehal, je l'avais invité et il m'avait fait faire parvenir un mot qui l'excusait de ne pouvoir être présent parmi nous au vu de son état de santé. Il était évidemment près de nous ce soir là. Il l'a été depuis et il le restera encore longtemps.

Pierre, Premier Ministre, Président, Maire, a toujours été un militant, un ouvrier de notre parti et de la construction de notre projet et de notre avenir... qu'il soit un exemple d'engagement, de volonté pour nous tous pendant toute notre vie politique!

Au revoir Camarade!

Commenter cet article

PROVOST Francis 07/06/2013 19:47

Bonjour à tous
Je me permets de vous inviter à lire le communiqué de la Fédération PCF du Nord sur mon blog de Wasquehal Résolument à Gauche
Amitiés
Francis PROVOST

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents