Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de JEROME Dehaynin

Le blog de JEROME Dehaynin

Réactions et informations sur l'actualité politique de la ville de Wasquehal, du canton, du département et de la région ainsi que de la politique nationale


"Wasquehal: la gauche réunie pour le retour de la Fête de la rose" Article de Martine Dieudonné, Voix du Nord

Publié par jérôme dehaynin sur 6 Octobre 2013, 20:28pm

Catégories : #Wasquehal

"Wasquehal: la gauche réunie pour le retour de la Fête de la rose" Article de Martine Dieudonné, Voix du Nord

Le bonheur de retrouver la famille de la gauche se lisait sur tous les visages ce dimanche salle Pierre-Herman. La première Fête de la rose depuis plus de 25 ans a fait l’unanimité, au moins pour un temps, en accueillant le représentant wasquehalien du Front de Gauche, Francis Provost, les Verts, avec Bernard De Veylder et aussi le Parti des Radicaux de Gauche.

Cette fête a « ratissé » bien au-delà de la commune puisque les maires socialistes du territoire avaient tenu à saluer la renaissance du PS à Wasquehal, et celui à qui on le doit, Jérôme Dehaynin.

C’est lui qui a ouvert le bal, en regrettant, bien sûr, que Christiane Taubira n’ait pu finalement se libérer. « L’agenda d’un ministre est toujours compliqué à gérer… Celui d’une grande ministre l’est encore plus ! »

Un petit tacle...

Le candidat socialiste a rendu un hommage au travail mené par Mme Taubira. Sur la réforme du code pénal, notamment. « Certains tentent de la discréditer, font dire à la loi ce qu’elle ne dit pas, critiquent et s’opposent en surfant sur des fantasmes et sur la peur sécuritaire qui monte toujours quand la crise est là. Le coupable, l’ennemi, le responsable, c’est toujours l’autre ! »

Petit tacle aussi à l’intention de Geoffrey Bossu, l’« UMP double file » comme l’a baptisé Francis Provost, qui aurait préféré Manuel Valls à Christiane Taubira à la Fête de la rose… «L’UMP voulait choisir l’invité de notre Fête de la rose ! Soyons clairs : entre Estrosi et Le Pen, je ne choisis pas, entre Copé et Fillon, je ne choisis pas, entre le petit pain au chocolat et le plus sectaire des deux, je ne choisis pas ! » Des propos salués par un tonnerre d’applaudissements.

« Travaillons ensemble ! »

Jérôme Dehaynin a ensuite évoqué ses projets pour la ville dans laquelle il projette d’être élu. « L’union de la Gauche, l’union autour d’un projet de gauche, l’union de nos forces et de nos valeurs peut nous permettre de créer les conditions d’un basculement de Wasquehal. Travaillons ensemble à notre rassemblement, donnons la chance aux Wasquehaliens et aux Wasquehaliennes d’avoir demain un maire de gauche, une majorité de gauche, une vraie politique de gauche ! »

Et c’est sans doute là que cette Fête de la rose éclaire d’un jour nouveau le paysage des municipales de mars 2014. Même si les instances des différents partis sont toujours en négociation, on a senti une vraie volonté de rassembler « la famille » pour gagner. Bernard De Veylder (EELV) était d’ailleurs sur la scène au côté des « ténors » socialistes du territoire, et il a pris la parole, comme Pierre Dubois, Josiane Willoqueaux et Gilles Pargneaux.

« La campagne est lancée, nous avons 5 mois pour convaincre, cinq mois pour imposer nos rêves à la réalité, nous sommes l’alternative ! Je serai le maire du changement ! » a conclu Jérôme Dehaynin, porté par une salle en fusion.

Le maire de Roubaix n’a eu qu’un mot pour définir son état d’esprit : heureux. Il aurait dû ajouter, ému… « C’est un moment de bonheur intense de retrouver la gauche et ses partenaires à Wasquehal. Une gauche qui retrouve ses capacités de combat et des perspectives de victoire ! Vous avez cent fois raison d’appuyer les espoirs de Jérôme Dehaynin et de redonner espoir aux habitants de notre territoire ! »

C’est à Gilles Pargneaux qu’est revenu le mot de la fin. Auparavant, la maire de Lys-lez-Lannoy avait promis à Jérôme Dehaynin de lui remettre son écharpe de maire s’il était élu !

Le premier secrétaire de la Fédération Nord du PS a lui aussi insisté sur le rassemblement. «Nous allons rassembler la gauche et les progressistes pour engager cette bataille municipale. C’est encore un peu tôt, mais je suis confiant ! »

Les mois qui viennent nous diront s’il a raison.

 

Les anti-mariage pour tous ont attendu Christiane Taubira...

Postés face à la salle Pierre-Herman où étaient rassemblés les militants socialistes et les sympathisants, ils ont attendu, avec leur mégaphone et leur sirène de brume.

« Taubira, ta réforme on n’en veut pas ! » fut leur leitmotiv, au fur à mesure qu’arrivaient les maires des communes de l’arrondissement, en voiture, puis Gilles Pargneaux, pensant à chaque fois qu’il s’agissait de leur « tête de turc… »

Mais où est Stéphanie ?…

De loin, entre l’église Saint-Nicolas et le Marché couvert, Stéphanie Ducret surveillait ses amis. Mais elle n’a jamais osé s’afficher avec eux. Pourtant elle twittait aussitôt «Wasquehal, très belle messe des familles. Beaucoup, beaucoup de monde ». Mme Ducret aurait dû s’approcher, personne ne l’aurait mangée, et elle aurait vu qu’ils étaient une petite cinquantaine, venus aussi d’ailleurs que de Wasquehal, en comptant les nombreux jeunes enfants venus grossir les rangs.

En attendant une ministre qui n’est jamais arrivée, et pour cause, il fallait occuper le temps et l’espace. Ils se sont donc faits un peu plus insistants jusqu’à l’arrivée de la Police Nationale puisque cette manifestation n’avait pas été autorisée par la Préfecture.

« Et combien vous les achetez vos enfants les socialistes ? » a-t-on entendu de multiples fois de la part de ceux qui militent aussi contre la procréation médicale assistée, faisant référence aux mères porteuses.

Face à eux, autant de militants et sympathisants PS sortis de la salle Pierre-Herman. Personne n’a répondu aux provocations.

Et quand Pierre Dubois, maire de Roubaix, est arrivé, tous ont chanté en chœur La Marseillaise puis l’Internationale. Fin de l’histoire.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents