Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de JEROME Dehaynin

Le blog de JEROME Dehaynin

Réactions et informations sur l'actualité politique de la ville de Wasquehal, du canton, du département et de la région ainsi que de la politique nationale


Le 7 mai, ni Macron ni Le Pen !

Publié par jérôme dehaynin sur 25 Avril 2017, 09:29am

Catégories : #France

Le 7 mai, ni Macron ni Le Pen !

Depuis dimanche 20h00, nous savons qu’au deuxième tour de la présidentielle le 7 mai les 2 candidats seront Emmanuel Macron et Marine Le Pen et que seuls ces 2 bulletins seront disponibles sur la table des bureaux de vote.

 

Après la «surprise» de 2002 et le vote à 82% contre Marine Le Pen, j’ai voté contre le FN aux élections départementales puis aux élections régionales. Et malheureusement ce n’était plus une surprise puisqu’ils avaient réussi à avoir des députés (peu certes mais…), des conseillers départementaux (quelques uns), des mairies (déjà trop…) qu’ils avaient des conseillers régionaux et des députés européens depuis des années leur permettant de mettre en place des emplois fictifs pour faire fonctionner l’entreprise familiale. Et nous constations qu’à chaque élection petit à petit, ils montaient, grappillaient des voix, des parts de marché de la haine et du rejet de l’autre…

 

Dans la rue, dans les réunions, des associations tiraient la sonnette d’alarme, demandaient qu’on change nos façons de faire de la politique et de penser notre rapport à l’autre et notre respect de chacun.

Pendant ce temps, à quelques uns, nous montions à la tribune du PS à la Fédération du Nord pour annoncer le désastre, pour critiquer l’action politique des nôtres, pour demander un changement de ligne, pour demander le renouvellement des pratiques et des têtes, pour mettre en place une lutte politique contre leurs projets pour démonter leurs arguments et les faire baisser par des actions concrètes et non par des effets de manche et de voix !

 

Qu’a-t-il était fait ? Je n’oserai dire rien… mais pas grand-chose…

On nous a promis que notre ennemi était la finance et on a mis un ancien banquier à la tête du Ministère de l’Economie.

On a créé le CICE qui devait créer 1.000.000 d’emplois et qui n’a servi qu’à redistribuer encore et toujours plus de dividendes aux actionnaires,

On a créé la loi travail,

On nous a parlé de déchéance de nationalité comme si c’était une chose simple, normale, qui ne posait pas de problème,

On a accueilli les Roms et les migrants comme des verrues de nos villes en petit nombre mais en faisant comme si nous étions envahis,

En bref, on a annoncé qu’on lutterait contre le FN mais dans leur vie les citoyenNEs et les électeurs n’ont pas vu la différence… Ils ont eu le sentiment de continuer à être abandonnés à leur sort, à leur triste sort.

 

Dans les villes où le FN a gagné, on pourrait croire que leur politique ferait des désastres et qu’ils se casseraient la figure. On pourrait croire que les partis républicains auraient mis en place une communication différente, des moyens différents mais on voit et on entend comment c’est difficile une fois qu’ils sont au pouvoir !

Malheureusement, on le voit, ce n’est pas le cas et en général, à chaque élection dans ses territoires, le score de l’extrême-droite augmente et les électeurs sont contents des informations qu’ils ont et de la vie qu’ils vivent.

 

Aujourd’hui le constat que je fais c’est que Marine Le Pen et le FN ne se combattent pas dans les urnes mais dans la rue, dans le quotidien des gens, dans la politique que l’on mène en leur nom, en respectant le programme sur lequel on a été élu, en expliquant la réalité de la situation quand on doit infléchir une ligne politique.

Quand on en arrive à devoir voter contre ses opinions, ses idéaux, ses projets et les candidats que l’on soutient pour faire barrage au racisme, à la xénophobie, au repli sur soi et à la haine de l’autre, c’est qu’il est trop tard ! Il faut agir avant ! Il faut combattre les idées et les projets de rejet de la République avant qu’il ne soit trop tard !

 

En 2002, Jacques Chirac avait, le 21 avril, pris l’enjeu du scrutin qui se posait à lui et son discours (que j’ai publié il y a quelques jours) avait été d’une grande dignité. Il avait refusé le débat d’entre 2 tours. Il avait mis une barrière et une frontière entre le FN et la République. Malheureusement, au lendemain de son élection, il avait fait le choix de se restreindre à sa seule petite majorité politique et n’avait pas fait un geste pour l’ensemble des républicains. Il fut suivi de Nicolas Sarkozy qui repris certains des thèmes du FN avec un Ministère de l’Identité Nationale par exemple, banalisant encore un peu plus les thèses extrémistes.

 

Alors de partout ou presque, on nous appelle, on nous demande, on nous supplie de faire notre devoir, de faire barrage, de voter contre, de refuser l’inacceptable… Comme en 2002, comme à toutes les élections intermédiaires dans lesquelles la situation s’est présentée.

 

Aujourd’hui, Emmanuel Macron a fait un discours dans lequel il prenait acte de sa présence au 2ème tour mais n’a pas remis en perspective la situation politique et la présence de Marine Le Pen au 2nd tour.

Aujourd’hui, Emmanuel Macron accepte le débat avec la candidate de l’extrême droite entre les 2 tours, comme si elle était une candidate normale et que la situation était classique.

Aujourd’hui, Emmanuel Macron ne demande pas de voter pour lui contre Marine Le Pen mais de voter par adhésion à son projet !

 

Je n’adhère pas à son projet, je n’accepte pas les ordonnances pour le code du travail, je ne suis pas d’accord avec son programme sur l’Education Nationale, je n’accepte pas ses positions sur les énergies, je ne partage pas la vision de la société qu’il défend : je ne voterai donc pas pour lui !

 

Le combat, le vrai, contre le Front National et contre la famille Le Pen c’est un combat quotidien, c’est un combat de longue haleine, mais il est à recommencer, à remettre en forme, à reconstruire.

La défaite du Front National et de son entreprise familiale c’est dans la campagne des élections législatives qu’il faudra commencer à la gagner. Non pas en votant contre Marine Le Pen et ses partisans ou ses inféodés mais en menant une vraie bataille politique avec un vrai projet qui permettra de faire renaitre l’espoir, le rêve, l’utopie, qui permettra de donner envie de demain, de construire le vivre ensemble, d’avancer ensemble… Ce ne sera que le début, ce ne sera qu’une étape… Elle est essentielle, elle est obligatoire, elle est incontournable…

 

Alors je sais.

Je sais que je vais choquer certains.

Je sais que je vais recevoir des insultes, des ordres, des conseils, des attaques…

Je sais que certains ne comprendront pas…

Oui je sais !

 

En attendant, je voterai en mon âme et conscience pour celui dont j’ai gardé le bulletin de mon enveloppe pré-électorale, comme je l’ai fait le 23 avril mais également les 22 et 29 janvier.

 

Le 7 mai je voterai pour Benoît Hamon !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents