Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de JEROME Dehaynin

Le blog de JEROME Dehaynin

Réactions et informations sur l'actualité politique de la ville de Wasquehal, du canton, du département et de la région ainsi que de la politique nationale


'Au nom de la loi, protéger les femmes' par Bernard Roman, député du Nord

Publié par jérôme dehaynin sur 2 Mars 2010, 06:24am

Catégories : #France

Tous les trois jours en France, une femme meurt sous les coups de son compagnon. Un homicide sur cinq est commis à l'intérieur du couple. L'arsenal pénal en vigueur, de l'avis des magistrats, des policiers, des associations, ne suffit pas à protéger les femmes.

 

Jeudi, l'Assemblée nationale a adopté à l'unanimité une proposition de loi co-rédigée par des députés de gauche et de droite, qui prévoit notamment une ordonnance de protection des victimes, d'une durée de quatre mois, permettant au juge aux affaires familiales de protéger, en urgence, une femme en situation de danger, mais aussi d'écarter l'auteur des violences du domicile familial, de reloger la femme si nécessaire, et de protéger les enfants, trop souvent témoins de ces violences. Une incrimination nouvelle, le délit de violence psychologique au sein du couple, est créée: il s'agit d'une mesure préventive, car le harcèlement psychologique précède toujours les violences physiques. Enfin, le bracelet électronique, qui donne de bons résultats en Espagne, permettra de maintenir à distance de sa victime l'auteur des violences.

 

Parmi les étapes de ce processus législatif exemplaire, il en est deux qui ont été essentielles. L'une est l'enquête nationale sur les violences faites aux femmes, réalisée en 2000, qui a révélé qu'une femme sur dix était victime de violences en France. La deuxième est la mission parlementaire d'information qui pendant six mois a travaillé sur les violences conjugales, les violences commises sur le lieu de travail, dans l'espace public ou à l'encontre de jeunes filles mineures, en lien permanent avec les associations de femmes, dont l'expérience, le professionnalisme et l'engagement, ont été salués par les députés. Au final, l'opposition et la majorité ont rédigé un texte soutenu par tous les groupes de l'Assemblée nationale.

 

Il était essentiel de définir les moyens de combattre les violences faites aux femmes, et il faudra lorsque la loi entrera en vigueur s'assurer des moyens de son application effective.

 

Mais à ce stade, je voudrais retenir un enseignement essentiel de cette démarche, qu'a parfaitement expliqué en séance la présidente socialiste de la commission spéciale, Danielle Bousquet, lorsqu'elle a évoqué l'importance de la mobilisation de l'opinion publique et de la prise de conscience collective sur une question aussi sensible et douloureuse. Il s'agit de l'importance de bien connaître et formuler un phénomène pour le combattre. C'est particulièrement vrai des violences, qui doivent pouvoir être nommées afin que les victimes accèdent à la prise de conscience de leur situation et au désir de s'en libérer, sachant tout le courage et la souffrance que ces démarches représentent pour elles. Sortir du silence est le premier pas essentiel pour ces femmes. La société doit ensuite les protéger et les défendre. C'est le sens de cette loi.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents