Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de JEROME Dehaynin

Le blog de JEROME Dehaynin

Réactions et informations sur l'actualité politique de la ville de Wasquehal, du canton, du département et de la région ainsi que de la politique nationale


Éducation nationale: Question d'Actualité à l'Assemblée Nationale

Publié par jérôme dehaynin sur 24 Juin 2011, 04:55am

Catégories : #France

 

M. le président. La parole est à M. Hervé Féron, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

M. Hervé Féron. Monsieur le Premier ministre, votre gouvernement semble avoir comme principale préoccupation les primaires des socialistes. Je trouve qu’il ferait mieux de s’occuper des vrais problèmes des Français (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC), comme celui que je vais soumettre à M. le ministre de l’éducation nationale.

Monsieur le ministre, je vous présente l’addition : 8 700 emplois supprimés dans l’éducation nationale en 2007, plus 11 200 en 2008, plus 13 500 en 2009, plus 16 000 en 2010, plus 16 000 en 2011. Total : 65 400 emplois supprimés dans l’éducation nationale !

Plusieurs députés du groupe SRC. Quelle honte !

M. Hervé Féron. À la rentrée prochaine, 1 500 classes seront fermées dans le primaire, alors que 4 900 élèves de plus y sont attendus. En dix années de gestion de la droite, plus de 1 500 communes dans notre pays ont vu fermer la dernière classe de leur dernière école, sans compter les quartiers dans les villes qui se meurent peu à peu de ces fermetures de classes.

Tous les indicateurs sont dans le rouge, monsieur le ministre. La France est nettement en dessous de la moyenne de l’OCDE car son taux d’encadrement est un des plus faibles. Alors que 20 % des élèves sont en difficulté en CM2, vous supprimez progressivement les réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté.

Avec les deux milliards d’euros de cadeaux fiscaux renouvelés chaque année, que vous venez de faire aux plus riches, on aurait pu maintenir les 66 000 postes déjà supprimés. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC. – Protestations sur les bancs du groupe UMP.)

Vous êtes en train de sacrifier une génération d’élèves sur l’autel des restrictions budgétaires. Et ce moratoire bien tardif pour 2012 promis par le fossoyeur de l’école publique en personne, Nicolas Sarkozy, n’est que démagogie électoraliste. (Vives exclamations sur les bancs du groupe UMP.) Personne n’y croit. Les enseignants, les parents d’élèves, les élus sont en colère.

Monsieur le ministre, vous n’avez plus beaucoup de temps. Redonnez les moyens à l’école de la République pour qu’elle puisse former des citoyens libres et éclairés et pour qu’ainsi aucun ministre n’en vienne plus à confondre le chanteur Renaud avec un grand constructeur automobile français ou Zadig de Voltaire avec une marque de prêt-à-porter. (Protestations sur les bancs du groupe UMP. – Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

M. le président. La parole est à M. Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative.

M. Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Monsieur le député Féron, vous feignez l’indignation et la surprise, mais vous avez oublié les propos du candidat Nicolas Sarkozy qui, en 2007, a assumé devant les Français l’idée de ne pas remplacer la moitié des fonctionnaires partant en retraite. Vous semblez surpris qu’une majorité tienne ses engagements. Nous les tenons…

M. Julien Dray. Surtout quand il s’agit d’organiser des examens !

M. Luc Chatel, ministre. Nous assumons le non-remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux. D’abord parce que la France a créé un million de fonctionnaires supplémentaires depuis 1990 pour quel résultat, quelle efficacité ?

Monsieur le député, vous oubliez de dire qu’à la prochaine rentrée, il y aura 34 000 professeurs de plus qu’en 1989-1990 (Exclamations sur les bancs du groupe SRC), alors qu’il y a 500 000 élèves de moins dans le système éducatif.

Ce qui nous intéresse, ce sont les résultats, l’efficacité, la capacité de notre système éducatif à différencier les moyens comme toutes les grandes études le préconisent.

Relisez le rapport 2009 de la Cour des comptes. Selon ses auteurs, l’éducation nationale a moins besoin de moyens supplémentaires que de capacités à différencier, à personnaliser, à faire plus pour les élèves qui ont davantage de besoins.

C’est la politique que nous menons depuis la maternelle jusqu’à la terminale en mettant en place de l’aide personnalisée et du soutien scolaire dès le plus jeune âge pour remédier aux difficultés de lecture…

M. Julien Dray. Vous n’êtes même pas capable d’organiser un examen !

M. Luc Chatel, ministre. …et en créant par exemple des internats d’excellence pour les élèves issus de milieux défavorisés.

Monsieur le député, la vérité est que, depuis dix ans, vous n’avez pas une nouvelle idée sur l’école. Vous êtes enfermés dans votre dogmatisme sur les moyens. De grâce, monsieur Féron, ouvrez les yeux ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Plusieurs députés du groupe SRC. Fossoyeur !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents