Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de JEROME Dehaynin

Le blog de JEROME Dehaynin

Réactions et informations sur l'actualité politique de la ville de Wasquehal, du canton, du département et de la région ainsi que de la politique nationale


"Le voile intégral de Sarkozy" par Bernard Roman

Publié par jérôme dehaynin sur 30 Mars 2010, 05:21am

Catégories : #France

Les Français qui viennent de sanctionner Nicolas Sarkozy voulaient un changement, ils ne l'auront pas. Nicolas Sarkozy mercredi dernier, puis François Fillon samedi, l'ont confirmé: il n'y aura aucun changement de cap.

Le gouvernement ne prendra toujours pas les mesures qui s'imposent face à la crise. L'hémorragie d'emplois industriels va donc se poursuivre et le chômage continuer à augmenter. Certes, sa progression s'est un peu ralentie en février. Mais selon l'Insee, le taux de chômage, qui s'élevait à 9,6% de la population active en métropole à la fin 2009, et à 10% avec les DOM, devrait atteindre 9,8% au deuxième trimestre 2010 en métropole et 10,2% avec les DOM. Récemment, le président de la République avait pourtant prédit la décrue: « Le chômage va baisser dans les semaines et les mois qui viennent ».

Demain on rase gratis, donc. Ce n'est pas l'avis de l'Insee, qui prévoit la poursuite des destructions d'emplois dans les mois qui viennent. Dans l'ensemble de l'économie, elles devraient atteindre 74 200 au premier semestre, soit deux fois plus qu'au second semestre 2009.  De quoi justifier l'inquiétude des Français, qui explique sans doute le recul de la consommation des ménages, jusqu'ici principal moteur de la croissance, pour le deuxième mois consécutif.

La préoccupation majeure de la population, comment s'en étonner, est bien le chômage. Notre pays comptait fin février 3 872 000 demandeurs d'emploi, chiffre dont il faut rappeler qu'il est sous-estimé puisqu'il n'intègre pas les salariés en contrat de transition professionnelle ou en convention de reclassement personnalisée à la suite d'un licenciement économique. Ce qui signifie que « plus on a de licenciements économiques, moins on a de chômeurs », comme le constate le secrétaire national du PS à l'emploi Alain Vidalies.

De plus, un million de chômeurs arrivent en fin de droits sans que le gouvernement ne s'en émeuve, malgré les demandes des députés socialistes de création d'une Allocation Solidarité Crise.

Dans un tel contexte, on serait en droit d'attendre du président de la République, surtout après le coup de semonce des urnes, une inflexion, un signe, quelque chose qui indique une prise de conscience et une volonté d'agir.

On serait en droit de l'attendre mais on ne l'a pas entendu. Nicolas Sarkozy a bien parlé de l'absentéisme scolaire, de la burqa, et de la sécurité, encore et toujours, mais pas un mot du chômage. Rien sur l'atonie du marché du travail. Pas une allusion à l'accroissement du nombre de chômeurs de longue durée. Le chômage, pour lui, cela n'existe pas. Il ne veut pas le voir. C'est son voile intégral à lui.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents