Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de JEROME Dehaynin

Le blog de JEROME Dehaynin

Réactions et informations sur l'actualité politique de la ville de Wasquehal, du canton, du département et de la région ainsi que de la politique nationale


«Les bus brûlent parce que nous éradiquons les trafics de drogue» : Fadela Amara

Publié par jérôme dehaynin sur 14 Avril 2010, 05:12am

Catégories : #France

Vendredi dernier, à Nice, se tenait le 3ème forum Espoirs banlieues au cours duquel Fadela Amara a fait quelques déclarations remarquables surtout concernant les événements extrêmement violents de Tremblay-en-France et dans le quartier de la Grande Borne à proximité de Grigny, devant près de 800 participants et en présence de Christian Estrosi, Ministre de l’Industrie et Maire de Nice et de ses caméras !

Apportant à nouveau un soutien sans faille à la politique, ultra-sécuritaire dans les mots mais qui échoue au quotidien dans la réalité, de Brice Hortefeux, Ministre de l’Intérieur, elle a expliqué : «L’ordre républicain est émancipateur.» «Les bus brûlent parce que nous sommes en train d’éradiquer l’économie parallèle, les trafics de drogue», appelant être «sans pitié face à l’économie parallèle qui tue la possibilité pour les familles de vivre tranquillement.» rappelant, comme elle aime le faire, que «La sécurité, ce n’est pas que pour les riches», en ajoutant : «Pour réussir à l’école, il faut être tranquille.»

Rappelons donc à Fadela Amara que c’est plus de 50.000 postes d’enseignants qui ont été supprimés dans les écoles de la République depuis 3 ans, que les crédits ZEP ont été diminués dans toutes les académies, que les remplacements des enseignants malades ou en formation ou en congés maternité ne sont plus assurés, … et que c’est aussi des adultes pour assurer les cours et le bien-vivre dans les établissements dont les jeunes ont besoin pour apprendre et réussir…

Elle est revenue aussi sur l’abstention massives dans les quartiers appelés ‘sensibles’ pour les élections régionales (oubliant que ce n’est pas que pour ces élections !) en déclarant : «Cela m’inquiète, il ne faudrait pas que les quartiers deviennent l’angle mort du débat public.», appelant les associations à travailler sur le civisme électoral afin que la population retrouve «chemin des urnes» ajoutant «Quand on ne vote pas, on n’existe pas! Quand un quartier ne vote pas, il n’existe pas.». En réponse, une participante s’exclamait alors: «Mais les gens n’en peuvent plus! Ils n’y croient plus…».

En réponse à la Ministre, une militante associative de quartier a osé, résumant ainsi le scepticisme exacerbé de nombreux acteurs de terrain par rapport au plan banlieu et aux changements annoncés dans les quartiers, lancer : «C’est bien de vivre dans un cadre rénové et joli, mais si c’est pour le voir toute la journée…» entraînant une slave d’applaudissements dans la salle !

En effet, outre un peu de tranquillité et de beauté dans leurs quartiers, ce dont les jeunes des cités ont besoin c’est de moins de discriminations et de plus de travail… moins de contrôles au facies et plus d’espoirs !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents