Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de JEROME Dehaynin

Le blog de JEROME Dehaynin

Réactions et informations sur l'actualité politique de la ville de Wasquehal, du canton, du département et de la région ainsi que de la politique nationale


"Des chiffres et des litres" par Bernard Roman, Député du Nord

Publié par jérôme dehaynin sur 18 Avril 2011, 05:19am

Catégories : #France

A l'issue d'une réunion qui s'est tenue lundi au ministère des finances pour faire le point sur la situation des marchés du pétrole, les mesures annoncées pour combattre la hausse des prix à la pompe ne sont pas très énergiques.

L'Etat, qui grâce à la taxe intérieure sur les produits pétroliers, empoche 57% des recettes liées à la consommation de carburant, ne fera pour sa part aucun effort. Il aurait pu, comme le gouvernement socialiste durant la guerre du Golfe, mettre en place une TIPP flottante pour compenser les variations du prix du baril de pétrole. Mais sa seule décision est de taxer les groupes pétroliers à hauteur de 115 millions d'euros pour revaloriser le barème forfaitaire kilométrique dont bénéficient 5 millions de contribuables au titre des frais professionnels. Ainsi, rien ne sera fait pour réduire le prix à la pompe.

Le PDG de Total, Christophe de Margerie, annonce même tout à fait benoîtement qu'il ne fait « aucun doute » que le super coûtera prochainement 2 euros le litre et que la seule question est de savoir quand! Pour lui, aucun problème. Total, qui réalise l'un des plus importants bénéfices du CAC 40, 10 milliards par an, dont la moitié est reversée à ses actionnaires, ne déboursera que 70 millions au titre de sa contribution à la revalorisation du barème forfaitaire. Total, qui profite du système du bénéfice mondial consolidé, niche fiscale octroyée par Bercy à cinq grand groupes et qui coûte à l'Etat 500 millions d'euros, ne paie pas d'impôt sur les sociétés en France.

Et lorsque les députés socialistes interrogent le gouvernement sur l'incongruité de ces avantages, M. Baroin se retranche derrière « le secret fiscal » que, dit-il, il « ne trahira pas ». 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents