Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de JEROME Dehaynin

Le blog de JEROME Dehaynin

Réactions et informations sur l'actualité politique de la ville de Wasquehal, du canton, du département et de la région ainsi que de la politique nationale


Point de presse hebdomadaire de Benoît Hamon

Publié par jérôme dehaynin sur 10 Juin 2010, 04:23am

Catégories : #France

Victoire de la Gauche aux élections partielles
Félicitons Marie-Noëlle Batistel qui a été élue députée de l’Isère et également Laurent Lafaye qui a été élu conseiller général de Limoges. Ce sont deux bons résultats d’élections partielles. On a fait également un excellent premier tour à Villeurbanne, malgré la faible participation, classique en cas d’élection partielle. Cela confirme sur le plan électoral la bonne santé du Parti socialiste, la bonne santé de la gauche en règle générale et la capacité du Parti socialiste et de la gauche à l’emporter dans des élections qui sont regardées de près par tout le monde. Elles constituent aujourd’hui un baromètre de ce qu’est la conception des Français, de la politique du gouvernement.
 
La dérégulation continue
Soulignons que la dérégulation continue et en dépit de toutes les professions de foi favorable à la régulation politique, à la régulation des marchés financiers, on se rend compte chaque semaine que c’est exactement le contraire qui se passe.
La première information est une mauvaise nouvelle qui nous vient de Bruxelles, avec la décision et la lettre de la Commission européenne à l’intention du gouvernement, demandant à ce que la SNCF change de statut et passe du statut d’EPIC au statut de société anonyme. On se retrouve dans la même veine que ce qui c’était passé pour la Poste. Tout ça se passe dans un contexte de forte offensive contre la SNCF, puisque la remarquable agence de notation Standard and Poor’s a dégradé la note de la SNCF. Il y a là, un agenda qui est assez clair : celui du dépessage des services publics en Europe. Cela se poursuit tranquillement avec une volonté du gouvernement de défendre la SNCF. Toutefois, observons que si le gouvernement protège aussi bien la SNCF qu’il a défendu la Poste, on a peu d’espoir sur la capacité à garder demain, une grande entreprise publique, dans le domaine du train et des chemins de fer. Là où nous avons toujours considéré que les activités les plus rentables de la SNCF devaient continuer à financer le service public. Ce qui est pour nous une exigence et ce qui est surtout, une exigence des Français.
Mais la dérégulation continue pas seulement à Bruxelles, elle se poursuit en Corée, puisque vous savez que le sommet du G20 a conclu l’enterrement pur et simple, d’une taxe bancaire internationale. Je vous rappel les positions des uns et des autres : « plus rien ne serait comme avant. Il était inadmissible que les marchés dictent les politiques aux États souverains. Il fallait que les banques tirent les leçons d’une crise financière dans laquelle elles ont une responsabilité éminente dont on ne sait pas chiffrer ce que sera le coup économique et social encore aujourd’hui. »
Et pourtant, il n’y a pas de consensus, sur la nécessité ou l’importance de la mise en place d’une taxe bancaire internationale. LE FMI dit et appelle les gouvernements à mettre en place dans chacun de leurs pays des taxes qui pèsent sur les banques de façon à les inciter à être plus prudentes, d’une part, et à ce que les profits contribuent davantage à la solidarité. C’est une taxe ou de stabilité ou d’une taxe d’activité. Nous attendons donc de voir, quelle sera la réponse du gouvernement à cette proposition du FMI. Je vous rappelle que le PS y est favorable, et à la mise en place d’une taxe Tobin, qu’il est favorable a une surtaxe à l’impôt sur les bénéfices des sociétés qui pèsent sur les banques et qui aille financer le fonds de réserve des retraites. Voilà ce que sont nos propositions. Elles sont en débat. Libre au gouvernement d’y puiser, d’y piocher ce qu’il veut.
 
Réaction à Luc Chatel sur l’aménagement des rythmes scolaires
C’est une question intéressante et même très importante. Le PS s’est prononcé en faveur d’une adaptation des rythmes scolaires aux besoins physiologiques des élèves comme à leur accomplissement intellectuel et physique. Juste, je voudrais illustrer la contradiction qui consiste à vouloir aménager les rythmes scolaires quant la France vient de passer à la semaine des quatre jours dans le primaire et que tout ça surcharge les conditions dans lesquelles les enfants vont à l’école. Vouloir, comme sur le modèle de l’expérimentation qui a lieu à Meaux, aménager les temps scolaires avec des temps d’étude le matin et des temps consacrés aux activités culturelles et sportives l’après-midi, suppose que l’on renforce l’encadrement des élèves. Soulignons que dans le domaine de l’EPS, les suppressions de poste sont aussi nombreuses que dans le domaine de l’enseignement général. Il est donc important de revoir la politique de réduction des effectifs, sauf si le gouvernement poursuit l’objectif d’externaliser, en dehors de l’Éducation nationale, les activités sportives et culturelles, mais là, il doit être beaucoup plus clair sur ses intentions. Nous serons attentifs à ce que cela se fasse avec un encadrement d’adultes, qui soit un encadrement conforme à ce que sont les intentions du gouvernement.

La polémique sur l’hébergement des bleus
Pour rebondir, et je ne ferais que cela, sur la polémique entre l’équipe de France de football, Rama Yade et Madame Bachelot. Je voudrais simplement dire à madame Yade que c’est bien de se préoccuper de la décence des conditions dans lesquelles sont logés nos joueurs, mais j’observe qu’elle est la Secrétaire d’Etat qui a permis les pas les plus importants en matière de transformation du football en un « foot business », de plus en plus lié à l’argent. C’est sous son mandat qu’à été créé une nouvelle niche fiscale, en compensation du droit à l’image, aux joueurs professionnels de football, de disposer d’un revenu supplémentaire net d’impôt.
C’est sous son mandat et celui de madame Bachelot qu’on a ouvert la libéralisation des paris en ligne, avec des conséquences en termes de santé et d’addiction qui sont évidentes. C’est encore sous son mandat que la Fédération française de football sur proposition du président de la Ligue, va réduire le fonds de solidarité du foot professionnel à destination du foot amateur. Il va passer de 17 millions d’euros à 11,5 millions. Ce fonds-là était destiné à soutenir l’aménagement, l’entretien des terrains, pour le football amateur. En matière de « foot business » on franchi là des étapes considérables. Nous sommes attachés à un système pyramidal où le football professionnel finance le football amateur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents